En passant par la Lorraine…

Nicolas Deltort (football LE POINT MHSC, ActuFoot34 – fev 2009)

Au match aller (défaite 0-2), Camara et les Montpelliérains avaient souffert face aux Messins (photo N. Deltort)

Au match aller (défaite 0-2), Camara et les Montpelliérains avaient souffert face aux Messins (photo N. Deltort)

Le MHSC joue gros ce soir avec un déplacement à Metz qui devance les joueurs de Rolland Courbis de deux points au classement. Le podium n’est pas loin, il pourrait être à cinq points en cas de défaite…


Ce Montpellier là aime jouer avec nos nerfs ! Alors qu’on avait cru qu’il allait définitivement s’installer sur le podium suite à une victoire 3-0 à Ajaccio avant la trêve, le MHSC est devenu le champion des occasions manquées. A domicile contre Tours en janvier (1-1) puis contre Reims (2-2) lundi dernier, les protégés de Louis Nicollin n’ont pas saisie la chance qui leur tendait les bras d’agripper ce fichu podium qui ne cesse de leur glissé entre les mains.

Qu’on a eu peur au soir d’une défaite 2-0 à Amiens une semaine après Tours ! Et si le MHSC avait loupé sa remise en forme d’après fête ? L’équipe connaissait un véritable retard à l’allumage. Heureusement, ces doutes se sont envolés lors de la brillante victoire à Boulogne-sur-Mer (3-0), un autre prétendant à la montée. Montpellier avait été à la hauteur, physiquement, techniquement et individuellement. Costa est magique et le MHSC possède un milieu de terrain de rêve. Saïhi de retour et Marveaux au meilleur de sa forme à côté du diabolique Argentin, quelle autre équipe peut se vanter de posséder un entrejeu donnant à son équipe autant de possibilités de schémas tactiques et de maîtrise technique ?

Qu’on a eu peur lors des premières minutes de la dernière journée de championnat face à Reims ! Mené 2-0, le MHSC avait-il la scoumoune ? Deux buts casquettes intervenus sur de malheureux ballons contrés de Dzodic. Oui mais voilà, qu’il nous a fait plaisir ce Montpellier-là en seconde période face à l’équipe de Luis Fernandez ! Enfin, la Paillade a réussi a emballer un match comme jamais elle n’avait su le faire auparavant cette saison à la Mosson. Certes, il n’y a eu que le match nul au bout du compte et Camara a mangé la feuille de match. Mais le remplaçant de Compan offre tellement de possibilités à ses partenaires de part sa vélocité. D’autres enseignements peuvent être également tirés de cette soirée où le champagne est resté au frai.

Enflammer la Mosson !

Concernant le manque d’apport des latéraux montpelliérains dans le secteur offensif tout d’abord. Repositionné sur le côté droit de la défense du MHSC, Marveaux peut faire très mal dans son couloir de par sa vitesse et sa puissance. Ne vaudrait-il pas mieux également mettre un Sabo à la place de Yanga-Mbiwa sur le côté gauche à domicile ? Au milieu de terrain, l’entrée de Grégory Lacombe s’est avérée plus que probante. En deux temps trois mouvements, le lutin pailladin a réussi à trouver à de multiples occasions ses partenaires de l’attaque quand, dans le même temps, Nasser Ouadah n’arrive plus à être décisif. Le meneur de jeu montpelliérain ne serait-il pas plus efficace en fin de match pour conserver le ballon ? Le MHSC a besoin d’aller vite pour être dangereux, Ouadah n’offre pas cette possibilité-là. Il pourrait être l’homme de la dernière passe, mais peut-être faudrait-il le laisser plus proche de ses attaquants sans lui attribuer des tâches défensives qui nuisent à son rendement.

Face à Metz, Rolland Courbis a prévenu qu’il y aurait trois ou quatre changements par rapport à l’équipe qui a affronté Reims. Dans les grands rendez-vous, son équipe n’a pas déçu cette saison depuis la défaite à domicile face aux…Lorrains (0-2). C’est bien la grande différence avec le MHSC des saisons passées qui n’arrivaient pas à gagner un match face aux prétendants à la montée. Une défaite à Metz ne signifierait pas que Montpellier a perdu la guerre. Une victoire non plus. Mais si ce dernier cas de figure venait à confirmer que les Montpelliérains ne sont jamais plus à l’aise que lorsqu’il sont loin de leurs bases, la Mosson devrait encore plus se remplir pour la réception de Dijon. Face à Reims, ils étaient neuf mille à pousser dans les tribunes de la Mosson. C’est avec son public que le MHSC gagnera la guerre. Aux joueurs de continuer à entretenir l’espoir ce soir pour donner à l’ensemble du peuple pailladin cet élan qui les poussera jusqu’à la Ligue 1 !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s