Bons élèves, peuvent mieux faire…

Nicolas Deltort (LE POINT MHSC, ActuFoot34 – déc 2008)

A l'image de Karim Aït-Fana, le jeune espoir pailladin qui confirme cette saison, le MHSC peut encore aller plus haut (photo N. Deltort)

A l'image de Karim Aït-Fana, le jeune espoir pailladin qui confirme cette saison, le MHSC peut encore aller plus haut (photo N. Deltort)

Dans sa quête de remontée en Ligue 1, le MHSC ne manque pas d’arguments à faire valoir cette saison. Buteurs, passeurs, joueurs honorés par l’UNFP, les Pailladins sont toujours présents en haut de l’échelle. L’équipe, elle, pointe toujours à quatre points du podium après 17 journées de championnat.


En se déplaçant chez le leader lensois jeudi soir*, les Montpelliérains ont l’occasion de frapper un très grand coup. Une victoire, et les Héraultais reviendraient à un point du podium à la faveur de ce match en retard de la 14e journée. Ils pourraient aussi se rendre, l’esprit tranquille,  à Ajaccio lors de l’ultime rencontre de championnat avant la trêve.

Une défaite plongerait, au contraire, le MHSC dans une situation délicate. Ce n’est pas nous qui le disons, mais le tableau de marche fixé par Rolland Courbis à la veille du match à Angers : le MHSC se devait de prendre sept points d’ici la trêve selon son entraîneur. Après le déplacement en Anjou et la réception de Guingamp, Montpellier n’en compte pour l’instant que deux. Faites le calcul vous-mêmes… Le MHSC ne peut plus se permettre de travailler à temps partiel.

Les Pailladins soufflent en effet le chaud et le froid depuis le début de saison, étant inconstants d’un match à l’autre et parfois au cours du même match comme à Angers. Heureusement, le MHSC n’est pas l’unique formation du haut de tableau dans ce cas, ce qui a malgré tout permis à l’équipe de Rolland Courbis de rester dans le coup pour la montée. Pourtant il va bien falloir combler un jour ou l’autre cet écart qui reste invariablement de 4 ou 5 points avec les équipes de tête et ne pas trop compter sur la dernière journée de championnat à domicile face à Strasbourg…

« Se mouiller les neurones »

Le MHSC a le potentiel pour le faire dès son déplacement à Félix Bollaert. Pourquoi chercher de midi à quatorze heures pour savoir si Montpellier doit jouer la défense ou l’attaque à la veille de ce match ? Quand on compte dans ses rangs un des meilleurs buteurs du championnat (Montaño), quasiment la meilleure attaque, le meilleur joueur du mois de novembre en Ligue 2 (Compan, qui a succédé à Montaño, meilleur joueur d’octobre), le meilleur passeur (Costa, talonné par son coéquipier Ouadah), une des meilleures défenses… comment ne pas partir confiant et entreprenant chez les Lensois ?! Ces derniers devraient avoir peur du MHSC et non l’inverse. Quand on voit qu’en plus de tout ça, Rolland Courbis se prive actuellement du jeune Romain Armand en attaque – alors que celui-ci « casse tout » en CFA – on se dit que l’entraîneur a assez de cordes à son arc pour atteindre ses objectifs. Certains rétorqueront que tout cela ne fait pas un collectif. Or, Montpellier a démontré qu’il l’avait. D’autres diront que le MHSC est parfois trop lent. Armand et Aït-Fana en lieu et place de Compan et Ouadah leur conviendraient-ils ? Rolland Courbis détient les clés du succès. Le MHSC a les ingrédients, au coach désormais de peut-être se « mouiller les neurones » et de prouver qu’il est aussi parmi les  meilleurs de Ligue 2.

*Cet article a été écrit avant le match Lens-MHSC en raison des impératifs de bouclage d’Actufoot34

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s