Le MHSC aime jouer avec nos nerfs

Nicolas Deltort (football LE POINT MHSC, ActuFoot34, avril 2009)

Photo Nicolas Deltort

Photo Nicolas Deltort

Sur le podium il y a trois journées, le MHSC est désormais à cinq points de Strasbourg (2e) et Metz (3e). La Ligue 1 s’est un peu éloignée après deux défaites à Bastia et Vannes. Tout n’est pourtant pas perdu.

Il suffirait au MHSC de prendre deux points de plus que les Strasbourgeois lors des huit dernières journées de championnat pour que le dernier match de la saison à La Mosson reste décisif. Une victoire face aux Alsaciens le 29 mai prochain permettrait alors aux Montpelliérains de les devancer au goal-average et d’accéder à la Ligue 1. La différence de buts des Pailladins étant largement supérieure à celle de ses différents concurrents.

Ceci pris en considération, les cinq points actuels qui séparent les joueurs de Rolland Courbis du podium ne sont pas si catastrophiques qu’on a pu le penser au soir de leur défaite à Vannes. Montpellier y était diminué (absences de Costa, Saïhi et Yanga-Mbiwa) et coach Courbis avait fait le choix de l’attaque,  alignant d’entrée de jeux une attaque à trois têtes. Compan, Camara, Montaño, ça avait de la gueule. La réalité du terrain a été tout autre, et le choix du coach, fortement remis en cause à l’issue de 90 minutes. Le milieu de terrain, initialement composé de Marveaux, Deruda et Ouadah n’avait pas eu son rendement habituel au stade de la Radine. Les entrées en jeu de Aït-Fana et Delaye (alors que le score était toujours de 0-0) ont changé la donne en termes d’occasions franches montpelliéraines. C’est aussi après ces changements-là que le MHSC a concédé l’unique but du match. Alors, qu’on se le dise, les choix de Rolland Courbis ne sont pas la seule explication au coup d’arrêt de Vannes. D’ailleurs, ne critiquions nous pas la frilosité du coach plus tôt dans la saison ?

Offrir une dernière soirée de folie

Le caractère de l’équipe, lui, peut par contre être sujet à questionnement. C’est quand même un comble de ne pas pouvoir ramener au moins le point du match nul de Corse après avoir entamé la seconde mi-temps à 0-0 et en supériorité numérique ! Ça, c’est impardonnable.

Les sorties dans la presse de Loulou Nicollin laissent également songeuses. La déception de la défaite à Bastia explique certainement les états d’âmes du président du MHSC qualifiant ses joueurs et son entraîneur de « pipes ». Par contre, avertir dans la presse, la veille du déplacement à Vannes, qu’il connaissait déjà le nom du futur entraîneur montpelliérain pour la saison prochaine, n’était pas la meilleure des préparations psychologiques pour l’équipe… On ne saura jamais si cette annonce a eu quelconque impact face aux Vannetais, mais quelle en était l’utilité ? Maintenant, si le futur coach est « aussi bon que Rolland, pas une crêpe », comme l’a prétendu Loulou, et que le MHSC ne monte pas en Ligue 1 cette saison, cela ne risque pas non plus d’être le cas la saison prochaine !

Pour la venue de Strasbourg, espérons que les Montpelliérains pourront encore offrir une soirée  décisive à ses supporters. Cela serait à désespérer de tout si le mauvais œil frappait la Mosson une sixième année consécutive…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s