MHRC : la nouvelle vague… déjà !

Nicolas Deltort (ZOOM rugby, ActuSport34 – août 2008)

Vassili Bost, le capitaine des Espoirs du MHRC champions de France Elite la saison dernière (photo Nicolas Deltort)

Vassili Bost, le capitaine des Espoirs du MHRC champions de France Elite la saison dernière (photo Nicolas Deltort)

Dans le rétroviseur du MHRC : sa plus belle saison depuis son retour en TOP14, avec une place de 8e à la clé. Le club a aussi pu s’enorgueillir de la présence de quatre nouveaux internationaux « A » dans ses rangs. Tous issus du centre de formation « maison ». Mieux encore, une deuxième vague de talent frappe déjà à la porte : six Espoirs champions de France Elite 2008 intégrés au groupe pro cette saison…

A l’aube de ce nouveau TOP14 – qui débute mardi prochain contre le champion de France toulousain au stade Yves du Manoir – le nouveau slogan du MHRC fait déjà saliver : « Un air de conquête ». Celui de l’an dernier, écrit en plus petit dessous : « La nouvelle vague », celle des Picamoles, Trinh-Duc, Ouedraogo et Thomas avait mis le bleu de chauffe lors du dernier Tournoi des VI nations. Une deuxième onde de choc avait aussi permis au club de voir ses Espoirs sacrés champions de France Elite pour la première fois dans l’histoire du club à la fleur de ciste.

L’équipe de Didier Nourault – amplement renforcée à l’intersaison  – veut passer à la vitesse supérieure. Elle peut compter sur ses six espoirs ayant signé leur premier contrat pro en juillet, une nouvelle vague « bis » ne demandant qu’à grandir. Vassili Bolt (23 ans), le flanker et capitaine espoir montpelliérain ayant soulevé le bouclier en juin dernier, symbolise la nouvelle philosophie du jeu montpelliérain : malgré son grand gabarit, le 3e ligne aile n’en est pas moins mobile. Oublié le jeu historique à la montpelliéraine, tournant autour d’un pack d’avants conquérant mais n’offrant plus l’assurance d’être performant dans une rugby moderne qui se doit d’être mobile et lorgnant au large.

Dans son sillage, Vassili a amené le pilier « buldozer » Na’ama Leleimalefaga (22 ans) – l’« animateur » Adrien Thomas (21 ans) qui marche sur les traces de Thomas, son demi de mêlée de frère – le « culoté » arrière Jean-Matthieu Alcalde (23 ans) – le trois-quart centre « perforateur » Manuel Dalligna (23 ans) et, enfin,  la « panthère » Jacques Boussuges qui s’inscrit comme le possible fils spirituel d’Emile N’Tamack au poste d’ailier !

Former et faire jouer

Tous devraient pouvoir compter sur un temps de jeu signifiant cette saison. Malgré le calendrier surchargé de son équipe, le président Thierry Pérez a en effet annoncé vouloir jouer sur tous les fronts. L’objectif premier : décrocher la qualification en Heineken Cup, manquée d’un cheveu lors du dernier exercice. Pour cela, toutes les forces vives du club seront nécessaires et Montpellier, classé meilleur club formateur depuis trois saisons, donne sa chance à ses « pépites ». A eux désormais d’éclore. Il tenteront de marcher sur les traces de leurs jeunes compatriotes internationnaux à la vitesse de l’éclair (de génie ?). Ils pourront aussi compter pour les aiguiller, au poste de demi de mêlée, sur la nouvelle star All Black du MHRC: Justin Marshall (35 ans). Le blond à la fougère argentée n’est plus tout jeune mais son compatriote, Byron Kelleher (33 ans), a certainement marqué les esprits montpelliérains en juin dernier en offrant le Brenus au Stade Toulousain d’une main de maître…

« Justin, ça fait bizarre de le voir à nos côtés alors qu’on le choisissait toujours dans notre équipe sur la playstation quand on était plus jeune, avoue Vassily Bolt. Lui et nos internationaux sont évidemment des modèles à suivre et de très bons conseillers.»

Le MHRC offre aussi tous les outils nécessaires à la progression du « Géant » de Périgueux et à sa bande de joyeux lurons : « Un super stade, un centre de formation classé catégorie 1, un encadrement de qualité et tout à portée de main pour la préparation physique comme pour le suivi scolaire », confirme « Vassi ».

La perspective pour le club héraultais de jouer le haut de tableau en TOP14 n’en est pas moins importante. C’est l’assurance de ne pas voir s’envoler trop rapidement ses jeunes pousses vers d’autres horizons plus dorés.  « On est super motivé à l’idée de participer à cette aventure, conclu Vassili. On sait qu’on aura sûrement notre chance au cours de la saison, mais surtout, il faudra montrer qu’on est là et prouver qu’on peut s’imposer. » Le rugby est justement un sport de challenges et de défis. Et Justin Marshall pourrait s’adresser à ces minots aux dents longues ainsi : « Soyez solides et rapides. Devant le soleil qui brille… »* Montpellier, la ville où le soleil ne se couche jamais, risque de briller encore longtemps !


*
Une partie des paroles du Haka

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s