France-Argentine à Marseille

Ho visto Maradona

Nicolas Deltort (football – Rue89 Marseille, février 2009)

Photo Nicolas Deltort

Photo Nicolas Deltort

« O mamma mamma mamma, o mamma mamma mamma, sai perché mi batte il corazon ? Ho visto Maradona, ho visto Maradona, eh, mammà, innamorato son ! » Quel amoureux de ballon rond ne connaît pas ce chant qu’entonnaient les supporters de Naples du temps où Maradona portait les couleurs du club italien ? Désormais, les Marseillais présents au stade Vélodrome mercredi soir dernier peuvent également dire : « J’ai vu Maradona et je suis amoureux. »


Le 3 juin 1989, la Une de l’Equipe avait fait l’effet d’une bombe au sein du football français : « Maradona à Marseille ». Il aura finalement fallu attendre presque 20 ans pour -enfin- voir Diego Maradona fouler la pelouse du stade marseillais. Et quand « D10S » se rend à la Mecque du football français, supporters, médias et service de sécurité sont sur le pied de guerre. Toutes les demandes d’accréditations n’ont pu être satisfaites tandis que les bouchons ont bloqué les grandes voies d’entrée dans la cité phocéenne bien avant l’heure de pointe. Nombre de supporters ont raté le coup d’envoi du match alors même que les stadiers sous pression avaient décidé dès 20h de laisser accéder la marée humaine aux virages sans opérer au contrôle des tickets. France-Argentine, premier match FIFA « open doors » de l’histoire…

« Bande de fils de putes ! Si vous saviez comme je vous envie… » Avant l’entrée des joueurs sur le terrain, Maradona s’adressait-il aux siens avec ces mots qu’il avait eus lors de son premier match en tant que sélectionneur ? Il aurait d’autant plus aimé jouer ce France-Argentine que les South Winners (groupe de supporters marseillais) avaient prévu de sortir la grande voile « Futbol Revolucion » à son effigie ainsi qu’à celle du Ché. « El Pimpi », un membre South Winners également fan de Diego et de l’Argentine, avait prévenu avant la rencontre : « Quitte à être interdit de stade après ce match, autant mettre le bordel complet ! » Grand voile et pots de fumée aux couleurs de l’Argentine ne franchissaient pourtant pas certains contrôles.

« Que de la mano de Diego, vamos à ganar »

Bridés au sein même de leur territoire habituel du virage sud, les fans français de l’Albiceleste décidaient alors de rejoindre le parcage des supporters argentins. Montant au grillage et brandissant leurs drapeaux de l’OM, ils provoquaient dans un premier temps la colère des barrabrava argentins présents au cœur de la tribune réservée aux visiteurs. « Une bagarre a éclaté, elle n’a duré que 30 secondes mais c’est parti dans tous les sens », témoignait El Pimpi après le match. Les « durs » des tribunes argentines ont finalement compris que ces Marseillais-là supportaient les mêmes couleurs. Les pignes faisaient place aux embrassades – après qu’El Pimpi eut montré son tatou de… Maradona – et aux chants phocéens mêlés au rythme envoûtant des grosses caisses argentines : « Que de la mano de Diego, vamos a ganar… »

Il n’aura pas fallu bien longtemps pour que la totalité des 60 000 spectateurs soient acquis à la cause de la sélection sud-américaine. Une mi-temps, en fait. Alors que l’équipe de France était menée 1-0 à la pause, Raymond Domenech prétendait au micro de TF1 qu’en continuant de jouer comme ils l’avaient fait durant 45 minutes, les Bleus allaient forcément revenir au score.

C’était justement là le problème. La France poursuivait de la sorte en seconde période, impuissante face à la maîtrise technique des Argentins. A 2-0 en leur faveur, les joueurs gaucho pouvaient alors faire tourner le ballon au rythme des « Olé » du public marseillais. Les joueurs français, eux, étaient sifflés dès qu’ils touchaient le ballon. « Maradona est un jeune entraîneur, je pourrais lui apporter mon expérience », commentait Domenech avant ce match.

Au terme des 90 minutes, il sortait sous les quolibets du public alors que son homologue repartait comme il était arrivé : en Dieu du football remerciant les Marseillais « pour leur accueil ». Le mot de la fin pour ces membres du groupe « Les Fous Zé les Folles de l’Ohaime »* s’étant réunis au bar « Le Vélodrome » jusque tard dans la nuit : « On a vu Maradona et on ne pouvait pas rêver d’un meilleur score. Au moins, on est sûr de ne plus voir l’équipe de France à Marseille ! »

Lien : http://www.rue89.com/marseille/2009/02/13/france-argentine-a-marseille-ho-visto-maradona

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s