Le MHSC met le bleu de chauffe !

Nicolas Deltort ( Football : LE POINT MHSC – ActuSport34 N°14, juil 2009)

Jeunechamp, Pitau et Dernis : trois nouvelles recrues pour le MHSC, en attendant le Bosniaque Spahic (photo N. Deltort)

Jeunechamp, Pitau et Dernis : trois nouvelles recrues pour le MHSC, en attendant le Bosniaque Spahic (photo N. Deltort)

Un nouveau coach opiniâtre, une moyenne d’âge de l’équipe réajustée, les perles de l’effectif (presque) toutes conservées et des jeunes prêts à éclater : le MHSC semble armé pour faire belle figure dès l’année de son retour en Ligue 1.


Les dirigeants du MHSC se sont voulus pragmatiques au moment de monter la future équipe de la Paillade version Ligue 1. Il fallait recruter expérimenté – pour étoffer un groupe relativement jeune – et pas cher. Cela a été chose faite avec Jeunechamp (Nice), Pitau (Sochaux) et Dernis (St-Etienne). Tous en fin de contrat et… trentenaires.

On entend les supporters des premières heures s’exclamer : « Allez, on se remet à acheter des vieux en fin de carrière ! » D’accord, longtemps la Paillade était spécialiste des transferts d’anciennes gloires du foot français qui réussirent avec des fortunes diverses du côté de la Mosson. Fleury Di Nallo, Christian Lopez, Bruno Bellone… Ok, il y a eu quelques chevilles en “placo” dans le lot, mais ça sonnait déjà mieux que « les sans grades », comme Louis Nicollin appelle les dernières recrues du club. Le Président les a reçues lundi dernier au Mas St-Gabriel pour la reprise de l’entraînement du MHSC et il veut les envoyer « au tampon »…

C’est qu’il faut de la « sanquette » pour jouer à La Paillade, on est bien d’accord. Mais, amis supporters, ne vous attendez donc pas à voir des coups du foulard et des petits ponts à tout bout de champ à la Mosson cette saison !

Pas d’équipe type

Trêve de plaisanteries. De toutes les façons, le temps où le MHSC accédait à la Ligue 1 et recrutait des internationaux brésiliens, colombiens, yougoslaves ou français est bel et bien révolu. Quoi que, si Emir Spahic rejoignait la défense centrale de René Girard, La Paillade compterait dans ses rangs le capitaine de la sélection de Bosnie-Herzégovin. Pas mal.

Au final, le visage de l’équipe de René Girard a plutôt fière allure. D’autant plus que le MHSC a su conserver ses meilleurs éléments à l’exception du défenseur Gary Bocaly, retourné à l’OM d’où il était prêté. La Paillade version 2008/09 devrait être une mixture à haute combustion, un mélange de jeunesse et d’expérience, de joueurs de devoir et d’autres ne demandant qu’à éclater aux yeux de la Ligue 1.

Une équipe type ? René Girard ne semble pas pressé d’en dégager une. Il mise sur la polyvalence des recrues et des joueurs en place. Il en faudra, car il y a embouteillage au niveau des milieux de terrain défensifs avec Pitau, Costa, Saïhi et Marveaux. Il ne serait pas étonnant de voir évoluer ce dernier dans le couloir droit et Costa plus haut sur le terrain.

Qui sait ? On n’est peut être pas au bout de nos surprises. Quand les superstitieux voient un signe du destin du fait de recevoir le PSG pour le premier match à la Mosson le 8 août prochain (comme en 1987 quand le MPSC avait battu les Parisiens 4-1 avant de finir le championnat sur le podium), les dirigeants du club sont moins gourmands : « Je sens bien une place dans les dix premiers, aucun souci ! », déclarait Louis Nicollin lundi dernier…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s