FOOT – Coupe de France

Nicolas Deltort (www.sportmag.fr, 12 déc. 2009)

Ils rêvent de 32e de finale !

Karim Ferhaoui - frère de - aimerait envoyer les siens au paradis (© N. Deltort)

Demain, le Petit Poucet de l’épreuve accueille l’US Marignane au Grau-du-Roi (14h30, stade Michel Mézy). En cas de victoire, la Grande Motte, évoluant en PHA (8e échelon national), pourrait rencontrer une Ligue 1 au tour suivant…

Pensionnaire de PHA (8e échelon national) du District de football de l’Hérault, le FC Pyramides Grande Motte est le Petit Poucet du 8e tour de Coupe de France se déroulant ce weekend. Voir une équipe de PHA du 34 à ce niveau de la compétion est un fait rarissime dans l’histoire du football local. Et les hommes de Saïd Bensaïd, le coach héraultais, voient déjà plus loin. Dans leur tête il doit être dur de ne pas rêver à un possible 32e de finale avec l’entrée en lice des équipes de Ligue 1. Il leur faudra avant cette éventualité venir à bout de l’US Marignane, une très belle équipe de CFA (3e de sa poule) qui a notamment éliminé Fréjus/St-Raphaël (National) et Bastia (Ligue 2), rien que ça !

De la à dire que les coéquipiers de Karim Ferhaoui (notre photo) ont plus de chance au Casino de la cité balnéaire que sur le pré, il y a un pas que nous ne franchiront pas. La Coupe de France recèle tellement de victoires et défaites improbables chaque année !
Le frère de Kader Ferhaoui (ex pro du MHSC et de Saint-Etienne, victorieux de la Coupe en 1991 avec le club montpelliérain) est conscient que la tâche sera ardue face aux Provençaux : « C’est clair, ça m’étonnerait que je fasse aussi bien que Kader ! Mais c’est déjà très bien à mon niveau d’être à ce stade de la compétition. » Le milieu de terrain (37 ans) est le plus âgé de l’effectif de Saïd Bensaïd. Loin d’être un autre « Divin chauve », même si son look s’y prêterait, Karim représente davantage l’expérience et le fighting spirit des Grandmottois. Un engagement qui faisait défaut la saison passée à l’équipe héraultaise. Le coach ne disait-il pas en juin dernier, et alors que son équipe favorite de PHA avait échoué à la 3e place en championnat, « Je me suis peut-être trompé dans le choix de mes hommes. On est très techniques mais il nous manque peut-être cet état d’esprit de guerriers qu’il faut pour les joutes du football amateur » ?

« Melting potes »
Cette saison, Bensaïd est servi question motivation et engagement. Ses protégés l’ont démontré en Coupe de France et en championnat puisqu’ils sont actuellement leaders de leur poule. « J’ai une équipe solide, plus puissante, même si on ne peut pas dire qu’on est devenu des guerriers. On a quand même gardé une certaine finesse technique. »
L’étonnante présence de son équipe en 8e de finale, il la met également sur le compte d’un bon tirage et de la réussite. « Mais la chance ne fait pas tout, il faut quand même de la qualité pour passer en Coupe ! Contre la Pointe Courte (DH, NDLR) et à Nîmes Lassalien (DHR, NDLR), par exemple, il fallait gagner ! Et j’ai senti dès le début qu’on était au-dessus malgré les divisions d’écart. »
Concernant son jeu, la Grande Motte présente une ligne offensive intéressante, avec Belhair comme fer de lance et meilleur buteur de PHA. « Je ne veux pas ressortir quelqu’un du lot, mais plutôt dire que, cette année, chacun apporte sa petite touche », insiste un Bensaïd qui ne veut mettre aucun joueur plus en avant qu’un autre concernant la réussite de son équipe. Le club des Pyramides possède surtout un vrai collectif cette saison. « Avec des joueurs de partout et de toutes nationalités. On apprend tous les jours », explique un entraîneur qui sait que le salut de son équipe face à Marignane passera avant tout par ce collectif. Et il faudra une bonne dose de solidarité pour les contrer ces diables de Provençaux, réputés comme « les meilleurs de CFA », dixit Bensaïd et Thierry Villa, le coach du RCO Agde.

Marignane, c’est du lourd
« Ça, c’est eux qui le disent !, rétorque Léon Galli, le coach de l’USM. C’est peut-être parce qu’on avait fait forte impression à Agde en championnat. Plus sérieusement, on a une équipe jeune, sans vedette et qui à force de travail commence à marquer les esprits. » Le parcours de Marignane force le respect : « Nous n’avons pas joué d’équipe de niveau inférieur à la DHR. Dans notre région c’est la guerre car il n’y a pas beaucoup d’inscrits ! Mais on va prendre la Grande Motte très au sérieux. On les a vus jouer deux fois et ils ont largement le niveau de DH. »
Tout le monde peut y aller de son pronostic, mais demain, à partir de 14h30 au stade Michel Mézy du Grau-du-Roi (le stade de la Grande Motte n’étant pas homologué pour ces 8e), il y aura 90 minutes à jouer. Avec, pour les deux formations, l’espoir de passer et d’éventuellement rencontrer une Ligue 1 en 32e ! « C’est la seule pression qu’on peut avoir, se dire qu’on peut jouer l’OM ou Montpellier au tour suivant. Il ne faut pas tomber dans ce piège et se dire qu’on n’a rien à perdre et que c’est tout bénéf’ », conclu Karim Ferhaoui.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s