Aït-Fana : « On ne réalise pas vraiment ! »

FOOT (SPORTMAG N°18, janvier 2010)

Une technique en mouvement extraordinaire (© N. Deltort)

Le « baby boom » que connaît le MHSC – autant que sa position au classement de Ligue 1 – épate la France du football. Karim Aït-Fana (20 ans) est le parfait exemple de la réussite du centre de formation montpelliérain et l’ « anguille électrique » n’a pas fini d’affoler les défenses adverses…

Un sondage demandant si le MHSC allait finir sur le podium de L1 a récolté 87% de « non ». Qu’en pensez-vous ?

On est promu et c’est normal que les gens ne nous voient pas aller au bout. A nous de démontrer qu’on en est capables. Ce n’est pas notre objectif initial, mais si ça continue à nous sourire… Cela va cependant être dur si quelques joueurs connaissent un coup de moins bien.

Vous avez peu gagné contre les équipes classées dans les dix premiers de L1…

Ce n’est pas une question de niveau. A Marseille, en septembre, on a réalisé notre meilleure première demi-heure de la saison, montrant qu’on pouvait aussi très bien jouer au football contre les « gros », même si nous avons perdu. Les équipes de tête, honnêtement, ce n’est pas notre championnat. Il faut surtout gagner contre les « petits » et faire le plein à la Mosson.

Supposé être un joker en début de saison, vous enchaînez pourtant les matchs comme titulaire. La L1 n’est-elle pas votre terrain de jeu idéal ?

Je ne m’étais pas fait à cette idée et je voulais tout faire pour devenir titulaire. On est un groupe de dix-huit joueurs dans lequel tout le monde a sa chance, donc ça se passe super bien. Après, c’est vrai que, pour moi qui aime les espaces et pouvoir accélérer, la L1 est davantage mon type de jeu que la L2 qui est un combat permanent.

Comment jugez-vous votre progression depuis votre arrivée chez les pros il y a trois ans ?

Je n’étais pas satisfait de mes débuts. Puis l’an passé, Rolland Courbis a su me laisser jouer avec mes qualités, en me demandant de beaucoup tenter face au but, cela m’a aidé. Cette année, je continue de progresser et mon objectif est d’être encore plus décisif.

Il se dit que vous devez encore muscler votre jeu…

Muscler son jeu ne signifie pas de prendre 10 kg de muscles. Il s’agissait davantage de m’affirmer au niveau du caractère et je pense que j’ai progressé sur ce point-là cette saison.

On imagine votre satisfaction de jouer avec certains partenaires que vous connaissez depuis le centre de formation…

Avant d’être des coéquipiers, on est des amis dans la vie. On se connaît depuis qu’on a 14 ans ! On ne réalise pas vraiment ce qui nous arrive car on n’a pas le temps. Ce sont les gens autour de nous qui nous ouvrent les yeux !

Vous avez choisi le MHSC alors que les plus grands clubs français vous voulaient. Plutôt un bon choix…

Un très bon choix ! Je savais que c’était un très bon club formateur, avec de grandes valeurs humaines. Et il forme des joueurs pour les faire jouer ! Pas comme à Lyon, par exemple, qui prête beaucoup de ses jeunes en L2.

Cerise sur le gâteau, vous avez connu votre première cape avec les Espoirs en septembre dernier face à Malte…

J’ai d’ailleurs marqué un but sur mon premier ballon. Cela ne pouvait que me donner confiance et l’envie de tenter encore plus de choses en club !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s