Des Crocos à la sauce corse

FOOT (SPORTMAG N°19, février 2010)

JM Cavalli le coach corse du N.O. (© N. Deltort)

Nîmes compte quatre insulaires dans son groupe pro : le coach Jean-Michel Cavalli, le défenseur Yohan Bocognano, le milieu Johan Cavalli et l’attaquant Jean-Jacques Mandrichi. Cette épine dorsale corse n’est pas étrangère aux valeurs déjà remises au goût du jour l’an passé aux Costières et qui perdurent cette saison : abnégation, générosité et solidarité.

Ces vertus avaient permis aux Gardois de revenir du diable Vauvert la saison passée, alors qu’ils comptaient neuf longueurs de retard sur le premier non relégable en décembre. Alors que personne n’aurait alors misé un kopec sur un maintien en L2, l’arrivée de J.M. Cavalli à la place de J.L. Vanucchi, avant la trêve, s’est avérée salutaire. Le coach (50 ans et 20 ans de carrière) avait déjà été l’auteur d’un sauvetage miraculeux aux commandes de Lille en L1. Et le 29 mai dernier il a remis ça, au soir d’une victoire décisive à Brest. Effaçant ainsi le spectre du National qui hantait les nuits du club depuis six mois ! Les joueurs crocos pouvaient alors troquer leur kit de footballeur pour celui de parfaits fêtards en pleine féria de Pentecôte. J.M. Cavalli : « Des fêtards ? Plutôt des voyous, ils ont volé un maintien à toute la France ! », rigolait-il au micro de télé Miroir.

Très proche de la délégation corse dans la vie, le capitaine Mehdi Mostefa rappelle que ce maintien « n’a pas été volé ». Et que si Nîmes peut désormais envisager le futur sereinement (9e de L2 à la trêve, NDLR), c’est encore grâce aux qualités affichées l’an passé. «Un sauvetage de fou comme ça forge un caractère. Depuis, on est très solides dans nos têtes.»

« Celui qui bougera une oreille… »

J.M. Cavalli a su inculquer sa culture – celle de la gagne – et sa philosophie de groupe. Son fils, Johan, confirme : « Il est très humain et pour lui, les individualités n’existent pas. S’il sent que les joueurs sont avec lui, il peut les aimer. Et alors là, il ne faut pas les toucher ! » Pas de pitié par contre pour ceux qui ne partagent pas les valeurs du coach. « Celui qui bougera une oreille, je lui couperai la tête », avait-il averti lors de sa prise de fonction. Certains, expédiés en équipe réserve, en savent quelque chose. « Il est strict mais très juste. J’aime sa façon de faire », commente Mostefa.

Sur le terrain, la méthode « corsée » de Cavalli a fonctionné. « Un groupe extraordinaire est né la saison passée. Et nous, les Corses, on amène notre joie de vivre », commente Mandrichi. « Mais on ne forme pas une secte ! », rigole J. Cavalli. « La connotation sudiste du groupe est plus importante. Notre fierté, c’est d’avoir réussi un beau mariage avec les autres », renchérit l’entraîneur. Cette saison, son fonctionnement n’a «pas bougé d’un chouilla, précise t-il. Je cherche toujours à inculquer cette rage de vaincre et, si possible, d’y ajouter du jeu».

Nîmes a désormais passé un cap à ce niveau-là, ce qui se reflète au niveau comptable. Le coach voulait 23 points à la trêve, il en a eu 26. Après un Noël au chaud, certains se disent que le podium n’est pas si loin. L’équipe gardoise reste pourtant « une jeune formation en L2 », rappelle l’entraîneur. Lors du stage d’avant saison, en Corse, il n’a fait venir que quatre renforts. Fort d’un noyau dur de joueurs du précédent exercice, et adepte des séances tactiques, le technicien a alors pu développer un véritable fond de jeu, au-delà des valeurs humaines qu’il prône. « Le courage ça dure un temps. On sait d’où on vient mais désormais on produit aussi du jeu », confirme son fils.

Au sein du « losange Cavalli » en milieu de terrain, Johan (28 ans) est le pourvoyeur idéal de ballons pour ses attaquants. « Il a le coup d’œil et la patte qui va avec », explique Mostefa. Mandrichi en profite bien. Avec Ayité, il forme la paire la plus prolifique de L2. Combattant exemplaire, Mandrichi (25 ans) arrive à maturité cette saison. « Il n’est pas très spectaculaire, mais très efficace », souligne son coach. Courtisé à l’intersaison, l’attaquant est resté fidèle au club qui « l’a relancé ». Adopté par le public des Costières, il ne manque pas d’y sortir le drapeau à la tête de maure lors des grandes occasions.

La L1 d’ici 3 ans

Mandrichi fait d’ailleurs partie, avec J. Cavalli, de la sélection corse entraînée par… J.M. Cavalli. C’est au cours d’un match amical en juillet dernier contre le Congo, que Yohan Bocognano (19 ans), alors défenseur de l’équipe réserve d’Ajaccio, a attiré l’attention du sélectionneur. « Je l’avais convoqué car je savais qu’il était en avance sur son temps. J’ai été interpelé par son sans faute aux côtés de Squilacci ». Le défenseur central a alors rejoint Nîmes l’été dernier. Après des apparitions prometteuses en L2, son capitaine juge « qu’il peut devenir un grand joueur ». « Boco » est confiant : « Il faut se faire tout petit et le reste viendra avec le temps. »

A l’instar de ce jeune joueur, Nîmes a certainement de beaux jours devant lui. Avec l’arrivée de trois nouveaux éléments au mercato d’hiver, le recrutement s’inscrit dans une politique d’avenir du club qui vise à retrouver la L1 d’ici trois ans. Un objectif dont les valeurs de la méthode Cavalli semblent la meilleure garantie d’aboutissement : « Elles sont accrochées au mur du vestiaire et de temps en temps je fais lever les yeux à mes joueurs. » L’hymne aux Crocos, entonné les soirs de victoire, n’a certainement pas fini de faire vibrer le vestiaire nîmois. Avec l’accent corse bien sûr !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s