Eric Largeron : « Les compteurs sont au verts »

TENNIS (SPORTMAG N°18, janvier 2010)

©N.Deltort

© N.Deltort

Président de la Ligue de Tennis du Languedoc-Roussillon depuis décembre 2008, après avoir été celui du comité de l’Hérault pendant 8 ans, Eric Largeron (47 ans) dresse un état des lieux autour de la balle jaune dans notre région.

Président, où en est le tennis en Languedoc-Roussillon ?

Nous sommes la 3e Ligue de France en termes de formation et de résultats. Concernant le développement, nous présentons une augmentation de 2% du nombre de licenciés. Ils étaient 51 675 fin 2009, ce qui nous place ,quantitativement , comme la 6e Ligue française. Nous sommes largement au dessus du boom des années 1990. Le tennis n’est plus un sport de privilégiés.

Vous parlez de bons résultats, qu’en est-il concrètement ?

Tout le monde connaît Richard Gasquet et Virginie Razzano. Nous comptons aussi une championne de France des moins de 14 ans, Léolia Jeanjean, et nous sommes par ailleurs très bien pourvus en équipes féminines et masculines engagées en championnat nationaux

Ces équipes recèlent de nombreux joueurs qui n’arrivent pas à franchir le classement de –15 ou –30 pour percer en pro. Comment l’expliquez-vous ?

Le tennis est un système pyramidal. Il y a beaucoup d’aléas et d’obstacles. Combien y-a-t-il d’élus par rapport à tous les joueurs qu’on forme ? Il ne peut y avoir qu’un seul numéro un français. C’est la loi de l’élite et cela reste un sport individuel dans tous les sens du terme, où l’aspect technique et tactique sont encore plus pointus que dans d’autres disciplines, où il est possible d’exister à travers un collectif.

Au niveau de la formation, qu’entreprenez-vous?

Depuis septembre, nous avons mis en place un Diplôme d’Etat pour les moniteurs et qui va remplacer le Brevet d’Etat. Il sera obligatoirement en formation continue et plus relevé, avec 1200 heures d’enseignement par an afin de former des moniteurs pros et encore plus compétents.

Quels objectifs vous donne la Fédération ?

Son objectif est de faire gagner Rolland Garros à un garçon. Elle essaie de préserver les terrains en terre battue, même si je ne partage pas entièrement cette politique.

A ce propos, l’ancien DTN, Patrice Dominguez, demandait énormément aux Ligues en terme de travail chez les jeunes. Qu’en est-il avec le nouveau, Patrice Hagelauer ?

Le principe de Dominguez était de les former très jeunes pour avoir une chance de gagner Rolland Garros. Désormais, comme la France n’a pas eu de bons résultats en Coupe d’Avis ou en Fed Cup, Hagelauer va aussi se pencher sur la recomposition des équipes et son effort devrait se porter sur des joueurs plus âgés.

On parle d’un possible tournoi WTA dans la future grande salle de Montpellier, qu’en est-il ?

Je lorgne d’un bon œil sur la venue de cette salle. Mais il y a une double difficulté. Il faut qu’un autre tournoi s’arrête, car il n’y a plus aucune place de disponible sur le calendrier des compétitions, pour pouvoir racheter la date. Et il faut par ailleurs avoir les reins solides pour monter ce type d’événement. Ce n’est pas gagné.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s