Junot Mistoco : « Faire parler l’expérience

VOLLEY (SPORTMAG N°19, février 2010)

Junot ici avec l'Equipe de France (© D.R. )

Narbonne est en mauvaise posture en bas de classement de la Ligue A. Mais le club compte sur l’emblématique Junot Mistoco, blessé en fin d’année dernière, pour effectuer une meilleure seconde phase de championnat. L’attaquant nous donne les clés de l’opération maintien des Centurions.

Vous avez la réputation d’être quelqu’un qui rigole tout le temps. Est-ce toujours le cas alors que votre équipe est en danger ?

Oui, il faut garder cette mentalité-là car si on commence à se regarde les pieds, c’est dramatique. Il faut avoir la tête haute pour avancer. Même si les temps sont difficiles, que ce soit pour les joueurs, les dirigeants et les supporters.

Cette saison, cela devait être la fin du petit promu qui se battait pour sa survie suite au recrutement de choix de Narbonne…

L’an passé, c’était nous, les joueurs, les responsables. On ne savait pas tenir la baraque dans les moments difficiles. Cette saison, ce n’est plus le même registre, on manque de concentration. À Saint-Quentin, on perd le premier match de 2010 alors qu’on mène tout au long de chaque set. Mais on craque sur la fin par manque de stabilité. Ce n’est pas en lâchant de la sorte à chaque fin de set qu’on va y arriver.

Ce manque de régularité doit être râlant alors que Narbonne a démontré pouvoir rivaliser avec n’importe qui…

On avait les armes pour gagner quasiment tous nos matches cette saison. À nous de trouver ce petit plus qui fait pencher la balance. On ne se roule pas les pouces, on bosse dur. Il faut chercher ailleurs, au niveau de la concentration, comme je disais, mais aussi de la rigueur et de la précision. Je me mets aussi dans le lot. C’est un tout, le haut niveau, pas simplement une question d’entraînement.

La cohésion du groupe ne s’est pas lézardée, est-ce une source importante d’espoir ?

Comme nous ne sommes plus que deux joueurs qui constituaient l’équipe de la saison dernière, on aurait pu croire que la mayonnaise n’avait pas pris entre nous. Au contraire, l’ambiance est très bonne. Maintenant c’est à nous, les anciens, de faire parler l’expérience dans ces moments difficiles et de motiver tout le monde. C’est une question de mental.

L’équipe a rarement joué au complet, cette saison, à cause des blessures. Est-ce une excuse ?

On ne le saura jamais. Car il y a les joueurs pour pallier les absences sans problème. L’équipe a beaucoup de qualités de jeu. Les mecs sont bosseurs et on voit qu’ils ont envie de montrer au club que ce n’est pas une erreur s’ils sont là. J’avais confiance en l’ensemble de mon équipe dès la préparation d’avant saison. Je l’ai toujours et je l’aurai jusqu’à la fin. Cela va être dur, car tout le monde a sa place dans ce championnat, mais il ne faut pas se cacher et aller au combat. On fera les comptes à la fin.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s