La passion intacte de « Lucky » !

VOLLEY (SPORTMAG N°18, janvier 2010)

Luc Marquet (© N. Deltort)

Luc Marquet est une figure emblématique du volley français avec une carrière de joueur s’étalant sur 19 ans, dont 14 en équipe nationale. Joueur charismatique, il a raccroché à Alès avant d’y endosser le rôle d’entraîneur depuis 2008.

Lucky, celui qui tirait plus vite que son ombre lorsqu’il était joueur, reçoit à la Halle des sports d’Alès, une équipe qu’il a amenée de la Pro B à la Pro A avec d’autres vieux briscards lors de son ultime saison de joueurs en 2008. Devant son écran d’ordinateur, il établit le planning des joueurs pour la période des fêtes. « On ne s’arrête pas en raison de l’instauration de la Ligue A cette saison, avec un passage de 14 à 16 clubs », explique le natif de Lyon qui a rarement goûté aux vacances durant sa carrière. «Quand je finissais en club, j’enchaînais avec l’équipe de France.» Avec 325 sélections au compteur, son expérience n’est pas de trop au moment de préparer les vidéos et statistiques. «Il faut compter 25 heures par match !» Marié à l’ordi portable, Lucky ? «Pacsé, contraint et forcé, oui !»

La machine à café n’est donc jamais bien loin. Avec ses 1.92 m pour 81 kg, il n’a pas changé en passant du parquet au banc d’entraîneur. «Un physique ingrat, selon ses dires. Fort en jambe, mais pas étoffé en haut. J’en ai pourtant bouffé de la muscu ! » Son mètre de détente lui permettra de faire sont trou dans la  caste des artilleurs de la balle blanche comme réceptionneur-attaquant, doté, aussi, d’une belle palette technique. «J’ai eu la chance d’avoir de très bon entraîneurs.» Quelques parrains qu’il consulte durant le passage de son B.E. à Montpellier après avoir proposé, mi-novembre, sa démission suite à de mauvais résultats. «J’avais actionné tous les leviers et je me demandais si ce n’était pas moi le frein.» Luc revient de sa pêche aux infos avec de nouveaux axes de travail alors que le CACV lui a renouvelé sa confiance.

« High voltage ! »

Pantalon et veste de jogging, il a gardé le bleu de chauffe. Pour continuer «d’apporter [son] expérience à une association sportive qui voulait transposer ses valeurs humaines au haut niveau». Luc s’est toujours nourri de ces valeurs, «avec l’envie d’être proche des gens et de  me mêler aux supporters».  De quoi apprécier son séjour de joueur en Italie à la fin des années 1990 – « Le haut niveau» – à Bari puis Padoue. Les supporters – « de vrais Ultras » – y ont un poids énorme, «et le contrat peut être déchiré du jour au lendemain !» Comme Lucky ne s’est jamais caché – «Je suis quelqu’un d’entier» – il a plus souvent été question de prolongation ! Joueur fou, exubérant, il est resté comme ça. «Même si je me suis un peu calmé.» Un caractère à l’image de la période dorée en équipe de France, des médailles de bronze au Mondial 2002 et d’argent en Championnat d’Europe 2003. «Notre caractère aurait pu être un frein, avec beaucoup de zones de frictions, mais bien encadrés on a formé une vraie équipe.»

Mi-décembre, Luc retrouvait l’Arago de Sète sur son chemin en Ligue A, club de son cœur qu’il a connu de ses début en 1989 jusqu’en 1997. Une période durant laquelle le sentiment d’identification était fort – «Même les joueurs Tchèques ou Argentins étaient des Sétois», et les rencontres avec Montpellier, encore des derbies – «C’était la guerre des nerfs et de tranchée sur le parquet ! » Luc y était dans son élément. Autant que lorsque il partait en mer avec un thonier sétois à la pêche au thon rouge. A 39 ans, grâce à cet esprit d’ouverture et sa capacité de «sortir du volley», Lucky n’est jamais tombé sous les balles !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s