Le défi de Béziers et Carcassonne

RUGBY (SPORTMAG N°20, mars 2010)

Les Jaune et Noir de Carcassonne à l'assaut du Jean-Prat (© USC)

L’AS Béziers Hérault et l’US Carcassonne en ont fini avec la phase préliminaire du Championnat de France de Fédérale 1. Les voilà désormais embarqués dans les play-offs, ou Trophée Jean-Prat, dont les deux finalistes accèderont à la Pro D2 en fin de saison.

Le chemin est encore long et semé d’embûches pour l’ASBH et l’USC avant une possible finale du Jean-Prat. Relégués au sein de l’élite du rugby amateur, les Biterrois « partaient vraiment dans l’inconnu » à l’aube de l’exercice 2009/2010, reconnaît Diego Minarro, l’entraîneur des Bleu et Rouge avec Jean-François Beltran. Au tiers de joueurs cadres conservés à l’intersaison, s’est ajouté un recrutement de circonstance et un autre tiers de jeunes du centre de formation. Si ce groupe a fini en tête de sa poule de phase préliminaire, tout ne fut pas rose. « Après un premier écueil à St-Etienne, puis deux autres revers avant Noël, les fêtes n’ont pas été évidentes, reconnaît Minarro. Mais on a su répondre présent à la reprise face à Nice, le second de la poule, où le groupe a montré qu’il avait les valeurs propres à la Fédérale 1 qui reste un combat. » Béziers a su hisser son niveau d’engagement, même si cela a été au détriment de la qualité de jeu. Il lui faut désormais enchainer en poule de play-offs, l’ultime étape sous forme de mini-championnat à quatre équipes qui peut amener les Héraultais directement en quart de finale s’ils terminent dans les quatre meilleurs premiers des six poules. « Notre chance, c’est qu’on a pu conserver notre statut de club pro, donc un avantage au niveau de la préparation athlétique. On va monter en puissance. Mais cela reste du rugby, il faudra être au maximum de nos capacités », prévient Minarro.

Rendez-vous à Narbonne ?

Carcassonne postule aussi pour un ticket vers la Pro D2. D’autant plus que les Audois, qualifiés depuis belle lurette en play-offs, ont pu galvauder les dernières journées préliminaires afin de préparer au mieux le Jean-Prat physiquement. « C’est ce qui nous avait manqué la saison passée », estime Christian Labit, le coach de l’USC. Il continue de se baser sur le groupe champion de Fédérale 2 en 2008, y ajoutant seulement quelques retouches aux intersaisons. « Les joueurs se connaissent par cœur et peuvent se faire des passes les yeux fermés », se félicite « Nache » dont la philosophie du rugby « n’est pas un gros cinq de devant et un bon buteur ». Il ne  veut pas que ses « joueurs se fasse chier». En découle une grande disposition à jouer, ce qui différencie les Jaune et Noir et ce qui a fait leur force jusqu’à présent. Alors, une finale Béziers-Carcassonne à Narbonne en juin, rêve ou réalité ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s