Nouveau défi pour les Dragons

RUGBY XIII (SPORTMAG N°19, février 2010)

Jerome Guisset, le pilier des Dragons (© PanoramiC)

Le 7 février, les Dragons Catalans vont entamer leur 5e saison en Super League, le seul championnat de rugby à XIII au monde, avec la NRL(Australie), à être entièrement professionnel. La franchise roussillonnaise est l’unique équipe française des quatorze équipes engagées, aux côtés de douze anglaises et d’une galloise.

Pour essayer de faire aussi bien qu’en 2009 (première demi-finale de Super League de leur courte histoire), les Dragons ont soigné leur préparation lancée le 23 novembre après un repos de presque deux mois. « La coupure est longue mais nécessaire car le temps de jeu effectif lors d’un match rugby à XIII est très important, avec un nombre de courses et de placages élevés», explique Sébastien Munoz, le directeur sportif des Dragons. La préparation s’est d’abord faite sans les joueurs convoqués en équipe de France qui, pour la première fois, a participé au Tournoi des Quatre Nations organisé par l’Angleterre et la France du 23 octobre au 14 novembre. C’était la première édition de cette compétition internationale, succédant au Tri-Nations (disputé depuis 1999 entre les trois meilleures sélections mondiales, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Angleterre). L’effectif catalan n’a été réuni au complet que le 14 décembre avec le retour de ses douze internationaux. Et le gros du travail physique a été fait avant la coupure de Noël, alors que les joueurs ont repris leur préparation début janvier. « On a dès lors axé notre travail sur la technique individuelle et la tactique», révèle l’entraîneur australien des Dragons, Kevin Walters. Le staff catalan avait aussi décidé de mettre l’accent sur les matchs amicaux afin d’être dans le bain dès la reprise de la Super League. Car le calendrier de la 15e édition a offert aux Dragons des débuts difficiles avec quatre déplacements au cours des cinq premières journées. « Après de mauvais débuts l’an passé, j’aimerais qu’on soit plus constants en 2010 et dès le début saison », espère Walters.

Avec Dallas, placages garantis !

Les Perpignanais avaient connu, en effet, un parcours chaotique lors de la première phase en 2009. Beaucoup de leaders avaient arrêté leur carrière et l’équipe s’était un peu cherchée. Le changement d’entraîneur avait aussi nécessité une phase d’adaptation à un nouveau système de jeu. « Kevin mise sur la prise de risque alors que son prédécesseur, Mick Potter, prônait davantage l’attente de fautes et de la fatigue de l’adversaire », explique Sébastien Munoz. Les Dragons s’étaient malgré tout qualifiés pour les play-offs en s’imposant à St-Helens lors de la dernière journée de la phase régulière. Un premier exploit qui en avait appelé d’autres en 8e de finale puis en quarts. Redoutables, à l’instar de Casey McGuire, véritable génie dans l’organisation du jeu, les Dragons avaient même donné du fil à retordre en demi-finale au géant anglais, Leeds, le double tenant du titre. « L’objectif est de faire aussi bien cette année. C’est faisable même si les autres équipes se sont toutes renforcées, estime Kevin Walters. Le groupe sait que cela passe par une bonne attitude à l’entraînement.» Le coach australien s’est appuyé sur une bonne partie de son groupe précédent, renforcé de trois recrues devant apporter de la vitesse. « Il y avait un déficit à ce niveau-là chez nos trois-quarts », reconnait Sébastien Munoz. Les Dragons comptent ainsi beaucoup sur l’Australien Chris Walker, arrivé depuis les Gold Coast Titans (NLR). Joueur polyvalent qui peut évoluer au centre, à l’aile ou à l’arrière, il est considéré comme l’un des plus rapides au monde. Mais aussi sur le nouveau centre néozélandais, Setaimata Sa, qui évoluait l’an dernier aux Sydney Roosters (NLR). Par ailleurs, le capitaine Greg Bird est retourné en Australie. C’est Dallas Johnson, international australien, qui va le remplacer au poste de 3e ligne où il est détenteur du record du monde de placages en un match (62 en 77 minutes) ! Quant au choix du nouveau capitaine, il n’a pas été arrêté. Ce rôle pourrait échoir au pilier Jérôme Guisset.

Rendez-vous au « Théâtre des rêves » ?

« La volonté du club était aussi de diminuer le nombre d’étrangers car nous misons beaucoup sur notre système de formation », développe le directeur sportif catalan. Un choix également justifié par le fait que la RFL (1) ne va autoriser que cinq étrangers par club à très court terme. Ryles et Bird repartis en Australie, tandis que Murphy, Krooker et Perry ont arrêté leur carrière, les Dragons comptent deux étrangers de moins dans leurs rangs. Pour en finir avec les transferts, Duport a signé à Toulouse, ce qui donne un squad officiel de 25 joueurs. Walters y a intégré Barthau, Gigot et Guasch qui évoluaient jusqu’à présent avec le XIII Catalan-St Estève, l’antichambre des Dragons.

Sur le terrain, un des moments forts de la saison devrait être le lundi de Pâques avec la réception du champion en titre, Leeds. Il y aura également l’évènement majeur de promotion du XIII en Europe, le Magic Week-End qui rassemblera en mai l’ensemble des équipes de Super League à Edimbourg pour une journée de la phase régulière. Voilà de quoi donner l’eau à la bouche aux supporters perpignanais qui espèrent aussi visiter le « Théâtre des rêves » de Manchester en octobre prochain ! Old Trafford est en effet le stade où se dispute la « Grand Final » comme le veut la tradition de la Super League depuis ses débuts en 1996.

(1)L’instance organisatrice de la Super League, également en charge du rugby à XIII en Grande Bretagne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s