Albert Rust, vert de plaisir

Nicolas DELTORT, Midi Libre – Édition du mardi 5 octobre 2010

L'ex-international lors d'un match des anciens de Sochaux (Photo PQR)

Football – L’ancien joueur du MHSC est entraîneur des gardiens de l’ASSE.

 Parfois, la vie réserve de belles surprises et, le football, des transversales inattendues. En juin dernier, Albert Rust (57 ans), est passé du comité des fêtes de Saint-Georges-d’Orques (Hérault), aux comptoirs de Ligue 1 avec l’AS Saint-Étienne. L’ancien gardien de l’équipe de France et du MHSC dans les années 1980 rongeait son frein à s’occuper comme il peut dans la commune héraultaise. Il y a conservé un pied à terre depuis 1990. Sans club depuis 2006, après des années à coacher des équipes de National et de Ligue 2, il prend le parti, début juin, de rendre son tablier de vice-président du comité des fêtes et de chargé de la jeunesse et des sports, pour aller entraîner Le Pontet en CFA. Pas le job de ses rêves. Alors quand Christophe Galtier et Roland Romeyer, l’entraîneur et le président stéphanois, proposent à Rust d’endosser le rôle d’entraîneur des gardiens chez les Verts, « Bébert » n’hésite pas une seconde entre le CFA et la Ligue 1 : « J’ai toujours espéré trouver un nouveau job, même si j’ai connu une période très difficile à vivre, loin des terrains et, surtout, de ma passion. » Question passion, Rust est désormais servi avec l’équipe sensation du début de saison en Ligue 1. « C’est quelque chose de fort de gagner à Lyon avec Saint-Étienne ou de recevoir Marseille dans le Chaudron où quinze départements de supporters étaient représentés. » Comme si dame justice avait voulu lui faire rattraper le temps perdu à vitesse grand V. L’ex-pro aux 500 matches de Ligue 1 en était réduit à piger comme superviseur pour des clubs de L2 depuis quatre ans.

« Ce n’était pas normal de ne plus avoir ma place dans le milieu du foot. Tôt ou tard, il y a une justice. Certains tueraient père et mère pour un poste d’entraîneur. Moi, je peux me regarder dans la glace le matin. Et je suis fier, car l’ASSE, ce n’est pas rien. » Aujourd’hui, Albert Rust est partie prenante de la renaissance des Verts, au sein d’un staff technique « où la communication est le maître mot ». Outre le fait de partager son expérience d’ancien gardien avec les portiers de l’ASSE, le natif de Mulhouse apporte aussi sa pierre à l’édifice, au niveau du reste du groupe. En terme de sérénité, une de ses qualités quand il était joueur : « En arrivant, j’ai senti le stress et la fébrilité encore présents après deux saisons galères. C’est aussi pour ça qu’on a recruté des joueurs expérimentés à l’intersaison. » Témoin privilégié de la réussite actuelle de l’ASSE, Rust n’en garde pas moins un oeil avisé sur le MHSC qui, en septembre dernier, avait subi une correction dans Forez (3-0) : « Je pense que le club a énormément perdu avec le départ de Costa. Mais, chez nous, comme chez eux, on a tous connu des moments difficiles. Aujourd’hui, c’est Saint-Étienne qui savoure, mais il est hors de question de s’enflammer. Et rien ne dit encore qu’on terminera devant Montpellier à la fin du championnat. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s